Informations

Aider vos enfants à rester organisés avec le TDAH chez les enfants

Aider vos enfants à rester organisés avec le TDAH chez les enfants



We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Le trouble déficitaire de l'attention avec hyperactivité (TDAH) est un trouble chronique qui commence dans l'enfance et persiste souvent à l'âge adulte. L'inattention peut créer des difficultés d'organisation, ce qui peut poser des problèmes à l'école pendant l'enfance et l'adolescence.

Les problèmes d'organisation proviennent de problèmes de fonctionnement exécutif dans le cerveau (c'est-à-dire le niveau de détail et le temps qu'il faut pour accomplir la tâche). L'apprentissage des compétences organisationnelles peut aider un enfant ou un adolescent à surmonter cet obstacle. Il peut également être utile avec les autres symptômes du trouble déficitaire de l'attention, tels que la gestion du temps.

Le NYU Child Study Center note que certains enfants ont des difficultés d'organisation, bien que les déficits soient plus graves chez les enfants atteints de TDAH. Mais l'apprentissage précoce des stratégies organisationnelles peut empêcher les symptômes d'interférer avec la productivité. Les parents peuvent jouer un rôle essentiel en enseignant à l'enfant différentes techniques et en surveillant ses progrès.

Par exemple, les parents et l'enfant peuvent établir un calendrier pour les devoirs avec des dates d'échéance et laisser un espace pour cocher le devoir une fois terminé. Un horaire de devoirs aide avec d'autres symptômes du TDAH, tels que l'hyperactivité et l'impulsivité, car il maintient l'enfant sur une routine spécifique.

Les parents peuvent utiliser le calendrier pour s'assurer que l'enfant remet ses devoirs à temps et voir s'il y a des domaines dans lesquels il a des difficultés. Lors de l'élaboration de l'horaire, une partie de celui-ci doit être laissée ouverte à la révision des devoirs, car les erreurs d'inattention sont également un symptôme d'inattention.

En plus de créer une méthode pour garder une trace des devoirs, l'enfant ou l'adolescent a également besoin d'un espace de travail où le nombre de distractions est limité.

Par exemple, l'enfant devrait avoir un endroit cohérent pour faire ses devoirs sans tout encombrement. La zone d'étude doit également être calme. L'enfant peut également créer une zone de stockage pour contenir des documents importants pour l'école, comme un classeur étiqueté pour chaque classe. Les parents doivent également encourager l'enfant à faire son sac la nuit pour éviter que le travail scolaire ne soit perdu ou laissé à la maison. Les experts de l'Université de l'Illinois à Urbana-Champaign disent également que l'enfant devrait également nettoyer son bureau à la fin de la journée pour aider à maintenir l'organisation ; cela encourage également l'établissement d'une routine quotidienne.

Étant donné que l'inattention peut rendre difficile pour l'enfant d'effectuer des tâches complexes, les soignants peuvent aider à diviser les tâches en étapes et à écrire chaque étape. Cet exercice aide également l'enfant à apprendre la planification et le suivi. Laissez de la place sur la liste pour cocher lorsqu'une étape est terminée. Lorsqu'il prend des notes, l'enfant doit laisser les marges de la page ouvertes pour ajouter plus d'informations lors de la révision du matériel.

Les parents devraient également envisager l'utilisation d'un système de récompense, qui renforce les nouvelles compétences organisationnelles de l'enfant. Voici quelques idées d'interventions comportementales pour le TDAH à domicile qui fonctionnent et qui se sont avérées efficaces.

Les parents doivent se rappeler que le comportement d'un enfant ou d'un adolescent prend du temps à changer - cela ne se produira pas du jour au lendemain. Ne vous laissez pas décourager par les revers, qui sont généralement de nature temporaire. Aidez à être une pom-pom girl et un soutien positif pour votre adolescent ou votre enfant. Vous pouvez trouver les résultats encourageants et bénéfiques, non seulement pour votre vie à la maison, mais aussi pour la santé mentale de votre enfant.


Les devoirs peuvent être une source de frustration et de difficulté, en particulier pour les élèves atteints de TDAH. En tant que parent, vous pouvez aider à réduire cette frustration en créant un espace organisé et confortable dans votre maison pour que votre enfant puisse faire ses devoirs. Cela peut être une table de cuisine, un bureau ou même un tapis de sol. Le meilleur espace est celui où votre enfant peut être près de vous ou d'un autre adulte mais avec un minimum de distractions.

Avec un espace dédié aux devoirs, votre enfant peut prendre l'habitude de faire ses devoirs chaque fois qu'il s'assoit pour faire ses devoirs. Votre enfant commence à associer cet espace au fait d'être concentré et productif et apprend à organiser et à structurer son temps et ses pensées.

Les conseils suivants peuvent vous aider à aménager l'espace :

  • Faites participer votre enfant à l'aménagement de l'espace pour l'aider à déterminer ce qui lui convient le mieux au début de l'année scolaire.
  • Assurez-vous que votre enfant a tout le matériel nécessaire pour faire ses devoirs (papier, classeurs, calculatrice, règles, crayons, stylos et gommes) et, si possible, un jeu supplémentaire de livres scolaires pour la maison.
  • Les dossiers codés par couleur ou ceux avec des motifs différents sont très utiles pour rappeler à votre enfant ce qui va où. Certains élèves trouvent utile d'avoir un dossier pour les devoirs terminés qui va et vient à la maison et à l'école.
  • Une station de devoirs portable comme un panier avec des fournitures peut aider lorsque votre enfant préfère étudier sur un tapis de sol, un canapé ou à une table près de chez vous.
  • Retirez ou réduisez au minimum les éléments qui gênent ou causent du stress, comme tourner le dos aux portes et aux fenêtres ou retirer le téléviseur.
  • Gardez les animaux dans une autre pièce.
  • Si possible, trouvez un espace ouvert ou une pièce accessible avec un bon éclairage. Bien que certains enfants aiment faire leurs devoirs par terre, disposer d'une table ou d'un bureau épuré est une bonne idée.
  • Choisissez l'espace de manière à pouvoir garder un œil sur votre enfant, mais ne survolez pas votre enfant.
  • Fournissez une minuterie ou une horloge silencieuse pour aider votre enfant à faire la différence entre le temps de travail et le temps de pause.
  • Votre enfant peut mieux travailler avec un bruit de fond prévisible ou de la musique sans paroles qu'avec un silence complet. Essayez-le avec votre enfant pour voir ce qui fonctionne.
  • Certains enfants travaillent mieux s'ils sont capables de se tenir debout ou de se déplacer/de marcher tout en faisant des activités telles que lire, mémoriser ou être interrogés. Essayez-le avec votre enfant pour voir ce qui fonctionne.
  • Enregistrez-vous tout au long de l'année pour voir ce qui fonctionne pour votre enfant et si l'espace doit être ajusté pour aider votre enfant à mieux travailler.

Conseils supplémentaires pour les devoirs :

  • Offrez à votre enfant un agenda pour enregistrer les devoirs et les rappels quotidiens.
  • Montrez à votre enfant comment classer les papiers volants dans des dossiers spécifiques (par exemple : mathématiques, lecture, signatures des parents, sciences, devoirs terminés et devoirs incomplets).
  • Impliquez votre enfant dans la mise en place de moyens d'organiser ses effets personnels, y compris le cartable, les dossiers, le classeur et les devoirs afin qu'il puisse suivre quotidiennement son travail scolaire par lui-même.
  • Établissez une heure de devoirs désignée pour chaque jour (la cohérence est la clé !).
  • Pour les jeunes enfants et les étudiants plus âgés qui ont besoin d'une aide supplémentaire pour s'organiser, aidez-les en faisant leurs devoirs avec eux. Montrez-leur comment lire attentivement toutes les instructions :
    • Utilisez des stylos de couleur ou des surligneurs pour mettre en évidence les parties principales, les questions et les instructions. Les surligneurs, les stylos de couleur et les notes autocollantes peuvent également être utilisés par l'élève pour vérifier son propre travail.
    • Demandez à votre enfant de relire les devoirs pour une meilleure compréhension.
    • Notez les informations importantes pour que votre enfant puisse les consulter à nouveau.
    • Divisez les gros devoirs en plus petits.
    • Utilisez un calendrier pour vous aider à planifier des affectations plus importantes. Cela permet de modéliser la façon de planifier et de répartir les affectations plus importantes.
    • Travaillez sur une section à la fois.
    • Prévoyez des pauses de 5 à 10 minutes pour permettre à votre enfant de se déplacer et de prendre une collation saine et une boisson pour se ressourcer.
    • Travaillez avec votre enfant pour voir quand et à quelle fréquence les pauses sont nécessaires.
    • Donnez des commentaires positifs pour montrer que vous remarquez ses efforts et sa persévérance.
    • Restez optimiste, patient et plein d'espoir. Faites une pause vous-même si vous en avez besoin.
    • Récompensez les efforts de votre enfant pour continuer à faire de son mieux avec des éloges spécifiques et concrets.
      • Au lieu de dire « bon travail », dites « j'aime la façon dont vous avez continué à essayer même lorsque les problèmes de mathématiques sont devenus plus difficiles ».
      • Remplacez « vous vous en sortez très bien ! » avec quelque chose de plus concret pour qu'ils sachent ce qu'ils font bien « Vous êtes retourné relire la question pour vérifier votre travail, cette étape supplémentaire était une excellente idée ! »

      Dolin, A. (2010). Les devoirs simplifiés : conseils, outils et solutions pour des devoirs sans stress. Livres Avantage : Washington DC.

      Bas, K. (2014). Aide aux devoirs pour les élèves atteints de TDAH. À propos de la santé. Extrait de : http://add.about.com/od/childrenandteens/a/Homework.htm

      Zentall, S.S. et Goldstein, S. (1999). Sept étapes pour réussir ses devoirs. Presse spécialisée, Inc. : Plantation, Floride.

      Les informations fournies par le Centre national de ressources de CHADD sur le TDAH sont soutenues par l'accord de coopération numéro NU38DD005376 financé par les Centers for Disease Control and Prevention (CDC). Son contenu relève de la seule responsabilité des auteurs et ne représente pas nécessairement les opinions officielles du CDC ou du ministère de la Santé et des Services sociaux (HHS).


      Symptômes du TDAH chez les enfants

      Les symptômes du TDAH chez les enfants comprennent une hyperactivité, une impulsivité et une inattention inhabituelles. Bien que ces comportements soient parfois normaux chez les enfants, les enfants atteints de TDAH présentent des symptômes plus fréquents et plus graves.

      Symptômes du TDAH : enfants hyperactifs

      • Remuant et se tortillant
      • Incapacité à rester assis
      • Parler sans arrêt
      • Difficulté avec les activités calmes ou calmes

      Symptômes du TDAH : impulsivité

      • Impatience
      • Difficulté à attendre son tour
      • Dire des choses inappropriées
      • Interrompre les autres
      • Agir sans se soucier des conséquences

      Symptômes du TDAH : inattention

      • Être facilement distrait
      • Difficulté à se concentrer sur les tâches
      • Difficulté à rester organisé
      • Difficulté à terminer ses devoirs ou d'autres activités
      • Lutte pour suivre les instructions


      Range ta chambre! 8 étapes pour aider votre enfant à s'organiser et à rester organisé

      Range ta chambre! Cette seule phrase est presque garantie de déclencher une cascade d'arguments dans n'importe quelle famille avec un enfant TDAH. Les enfants atteints de TDAH ont du mal à s'organiser, et leur apparente résistance à garder leur chambre propre provoque un stress et une frustration énormes pour les parents et les enfants. Il est courant qu'un parent envoie un enfant atteint de TDAH nettoyer sa chambre, pour ensuite le surveiller une heure plus tard et constater que rien n'a été fait. Ou faire en sorte que son enfant annonce fièrement qu'il a fini de nettoyer alors qu'en fait il n'a ramassé qu'une poignée d'objets sur le sol. Ne voit-il pas le désordre ? Est-ce qu'il ou elle ne se soucie pas du fait que ses parents deviennent frustrés et menacent de lui retirer des privilèges s'il ne nettoie pas ? De nombreux parents commencent à se demander si la frustration et les tracas en valent la peine. Peut-être devraient-ils simplement choisir leurs batailles et laisser la chambre de leur enfant rester en désordre ?

      Si votre enfant souffre de TDAH et ne semble pas pouvoir garder sa chambre au moins un peu propre et organisée, il y a de fortes chances qu'il ne s'agisse pas d'un simple défi ou d'un manque d'attention de la part de votre enfant. Il ou elle pourrait avoir une réelle faiblesse dans les compétences liées à l'organisation. Ces enfants sont dépassés lorsqu'on leur demande de nettoyer un gâchis, ils ont du mal à ranger systématiquement les choses à leur place ou à créer un plan logique pour organiser un espace. Bien qu'il puisse être tentant d'ignorer la chambre en désordre de votre enfant - et il y a certainement du mérite à choisir vos batailles et votre enfant en bénéficiera à long terme si vous l'aidez à acquérir les compétences dont il avait besoin pour créer et maintenir un chambre propre et organisée.

      1. Rester simple. Évitez de créer un plan d'organisation compliqué où plusieurs étapes sont nécessaires pour ranger un seul élément. Par exemple, évitez les boîtes dont les couvercles s'empilent les uns sur les autres. Empiler des boîtes peut sembler une solution simple, mais en réalité, ils nécessitent que votre enfant effectue plusieurs étapes, notamment le démontage d'un certain nombre de boîtes, le soulèvement et le remplacement des couvercles et le remplacement des boîtes en une pile ordonnée (ouf !). Alors, visez plutôt des bacs clairement étiquetés, non empilés et sans couvercle dans lesquels votre enfant peut jeter des objets en une seule étape.
      2. Réduisez l'encombrement. Moins votre enfant a besoin de choses pour s'organiser, plus il a de chances de garder sa chambre propre. Consultez mon article précédent pour obtenir des conseils pour aider votre enfant à se débarrasser des choses dont il n'a plus besoin.
      3. Créez une liste de contrôle de salle blanche. Bien que l'expression « nettoyez votre chambre » semble être une déclaration très claire pour la plupart des adultes, de nombreux enfants ne savent pas vraiment ce que cela signifie ! Pour eux, nettoyer leur chambre peut signifier littéralement ramasser quelques objets sur le sol, ou ranger leurs vêtements dans leur placard ou les ranger sous leur lit. Définissez clairement le sens de « nettoyez votre chambre » en créant une liste de contrôle pour une salle blanche. Cette liste de contrôle doit être spécifique. Par exemple : (1) tous les objets sont ramassés par terre, (2) les vêtements propres sont sur des cintres ou pliés dans des tiroirs, (3) les vêtements sales sont dans le panier, (4) les jouets et les livres sont à leur place sur le étagères, (5) les ordures sont dans la poubelle.
      4. N'abordez qu'une section ou un élément de la liste de contrôle à la fois. La tâche globale de nettoyer une pièce est écrasante pour la plupart des enfants atteints de TDAH. Alors, divisez-le en petits morceaux en demandant à votre enfant de nettoyer un seul endroit dans sa chambre (par exemple, ranger tous les jouets qui se trouvent devant la bibliothèque) ou de compléter un élément de la liste de contrôle. Puis, lorsqu'ils ont terminé cette tâche, demandez-leur d'en attaquer une autre.
      5. Faites-le ensemble. Si votre enfant n'a pas été en mesure de nettoyer sa chambre tout seul jusqu'à présent, il pourrait avoir besoin de vous pour l'aider dans le processus jusqu'à ce que cela devienne une routine. Aider votre enfant à nettoyer et à organiser peut également vous aider à identifier et à corriger les pièges du plan d'organisation qui pourraient autrement faire dérailler votre enfant.
      6. Prendre des photos. Prenez des photos de l'espace organisé et joignez-les à votre liste de contrôle. Cela donnera à votre enfant un rappel visuel de ce à quoi devrait ressembler une salle blanche une fois terminé. Vous pouvez également prendre des photos avant et après pour que votre enfant puisse voir ses progrès !
      7. Ne visez pas la perfection. Évitez de régler la barre de nettoyage si haut qu'elle soit hors de portée de votre enfant. Pensez à ce à quoi ressemble la chambre de votre enfant maintenant et à sa capacité actuelle à garder les choses organisées. Que considéreriez-vous comme une amélioration raisonnable et modeste par rapport à la situation actuelle ? C'est là qu'il faut mettre la barre. Ensuite, une fois qu'il ou elle a atteint cet objectif, envisagez de viser un niveau d'organisation plus élevé.
      8. Pile sur la louange. N'oubliez pas que la tâche de nettoyer une pièce est difficile pour votre enfant. Félicitez son travail acharné et ses efforts. Faites-leur savoir à quel point vous êtes fier ! Plus vous reconnaissez ses efforts, plus il est susceptible de nettoyer à nouveau sa chambre.

      Aider votre enfant à acquérir les compétences dont il a besoin pour garder sa chambre propre et organisée demandera certainement des efforts et de la planification au début. Mais avec le temps, vous et votre enfant aurez moins de disputes et moins de frustration, et votre enfant acquerra des compétences qu'il utilisera toute sa vie.

      À PROPOS DE DR. MARIE ROONEY

      Mary Rooney, Ph.D., est psychologue clinicienne agréée au Département de psychiatrie de l'Université de Californie à San Francisco. Le Dr Rooney est chercheur et clinicien spécialisé dans l'évaluation et le traitement du TDAH et des troubles concomitants du comportement, de l'anxiété et de l'humeur. Un ardent défenseur des personnes ayant des problèmes d'attention et de comportement, le Dr Rooney s'engage à développer et à fournir des traitements complets et de pointe adaptés pour répondre aux besoins uniques de chaque enfant et adolescent. Les interventions cliniques et les pistes de recherche du Dr Rooney mettent l'accent sur le travail en étroite collaboration avec les parents et les enseignants pour créer des environnements familiaux et scolaires favorables et structurés qui permettent aux enfants et aux adolescents d'atteindre leur plein potentiel. De plus, le Dr Rooney est consultant et expert en TDAH auprès des Huntington Learning Centers.

      À PROPOS DE HUNTINGTON

      Huntington Learning Center est le responsable du tutorat et de la préparation aux tests. Ses tuteurs certifiés dispensent un enseignement individualisé en lecture, phonétique, écriture, compétences d'étude, mathématiques au primaire et au collège, algèbre en passant par le calcul, la chimie et d'autres sciences. Il prépare au SAT et à l'ACT, ainsi qu'aux examens d'État et standardisés. Les programmes Huntington développent les compétences, la confiance et la motivation nécessaires pour aider les étudiants de tous niveaux à réussir et à répondre aux besoins des normes de base communes. Fondée en 1977, la mission de Huntington est de donner à chaque étudiant la meilleure éducation possible. Appelez-nous dès aujourd'hui au 1.800.CAN APPRENDRE pour discuter de la façon dont Huntington peut aider votre enfant. Pour les opportunités de franchise, veuillez visiter www.huntingtonfranchise.com.

      Ce site Web ne fournit pas de conseils médicaux, de diagnostic ou de traitement. Le matériel sur ce site est fourni à des fins éducatives seulement.


      5 étapes pour faire face aux comportements difficiles du TDAH

      Étape 1 : Acceptez que le TDAH est physiologique

      Vous ne pouvez pas commencer à corriger les comportements difficiles de votre enfant tant que vous ne reconnaissez pas cette vérité.

      Les enfants atteints de TDAH luttent en grande partie avec le fonctionnement exécutif – les compétences cérébrales dont nous avons tous besoin pour fonctionner dans notre vie quotidienne. Ils incluent la capacité de maintenir l'attention, d'organiser et de planifier, de rappeler des informations et de contrôler les émotions, entre autres compétences. Le cortex préfrontal - où se croisent l'attention, les émotions et les comportements - est également impliqué dans le TDAH.

      Les enfants atteints de TDAH ont également environ trois ans de retard sur leurs pairs neurotypiques en termes de développement cérébral, ce qui signifie qu'on leur demande souvent de fonctionner à des niveaux plus élevés que ce que leur cerveau peut gérer.

      Ce sont ces circonstances qui entraînent des comportements difficiles qui sont souvent hors de contrôle de l'enfant. De plus, ces comportements apparaîtront toujours, peu importe à quel point un enfant connaît bien les conséquences. Des punitions plus sévères ne feront pas une brèche.

      Punir un enfant atteint de TDAH pour des comportements difficiles est inefficace et contre-productif parce qu'ils n'ont pas le luxe de réguler leurs émotions et leurs comportements comme le ferait un enfant neurotypique. La punition ne fait que les faire se sentir coupables et honteux de ce qu'ils ne pouvaient pas contrôler. La culpabilité et la honte peuvent se transformer en frustration, en défi et en explosions émotionnelles - et c'est souvent le cas.

      Le vrai sens du mot « discipline » est d'enseigner, pas de punir. L'enseignement aide à façonner le comportement de manière positive afin que les comportements difficiles et altérants soient moins un problème.

      Alors, comment pouvons-nous changer les comportements problématiques et en enseigner de meilleurs sans punition ?

      Étape 2 : Soyez un détective, pas un juge

      Tous les comportements ont un but. Les comportements problématiques sont représentatifs d'un besoin non satisfait et, dans le cas du TDAH, peuvent être dus à l'impulsivité.

      Plutôt que d'agir comme un juge et d'infliger une punition à votre enfant après qu'un comportement problématique se produise, il est préférable de mettre votre casquette de détective et d'essayer de décoder la racine ou la cause du comportement. Déterminer le besoin non satisfait derrière les comportements difficiles de votre enfant vous donnera la chance de rencontrer le besoin et diminuer les chances que le comportement problématique se reproduise.

      Les comportements problématiques peuvent être divisés en deux catégories :

      • Comportements chroniques, qui ont tendance à se produire en même temps et dans les mêmes situations. (par exemple, refuser d'aller au lit ou de faire des crises de colère après avoir quitté les jeux vidéo.)
      • Comportements impulsifs (par exemple, votre enfant frappe son frère ou sa sœur ou s'effondre à l'improviste.)

      La prochaine fois qu'un problème de comportement se produit, prenez note de tous les facteurs qui l'entourent et du contexte. Vous découvrirez que les comportements les plus difficiles de votre enfant peuvent être attribués à ces causes courantes :

      • Ils ne savent pas comment commencer la tâche et peut ne pas savoir comment demander de l'aide.
      • Ils ne comprennent pas la tâche et le point d'arrivée. Si vous dites à votre enfant de nettoyer sa chambre, il se peut qu'il ne sache pas à quoi ressemble « nettoyer ».
      • La tâche est trop difficile. Si votre enfant ne veut pas faire ses devoirs, par exemple, il se peut que le travail soit trop difficile ou qu'il y ait trop de travail à faire sur le plan organisationnel.
      • Ils ont besoin d'un temps de transition. Le TDAH est associé à la cécité temporelle. Dire à votre enfant qu'il lui reste cinq minutes avant d'arrêter son jeu vidéo est vain. Vous devrez leur « montrer » à quoi ressemblent cinq minutes pour qu'ils puissent vraiment comprendre.
      • Ils sont submergés par trop d'instructions et peut facilement oublier les tâches en plusieurs étapes. Ils auront besoin de gros projets « morcés ».
      • Ils ne pouvaient pas contrôler leur impulsivité.
      • Ils ont honte de leur comportement (surtout s'ils ont menti).

      Évitez de supposer que le comportement problématique est dû au fait que votre enfant est paresseux, provocateur ou parce qu'il veut simplement « causer des ennuis ». Personne, pas même votre enfant, ne se réveille avec l'intention de passer une mauvaise journée.

      Étape 3 : PRÉPAREZ votre enfant

      Une fois que vous avez vraiment réfléchi aux causes des comportements problématiques, vous devrez PRÉPARER votre enfant pour remplacer le mauvais comportement par un meilleur, ou au moins en diminuer la gravité. PREP signifie :

      • PMoment de paix : Il est beaucoup plus facile de déconstruire les comportements problématiques lorsque votre enfant est calme et que les tensions ne sont pas élevées.
      • RDemandez un bon comportement : posez à votre enfant des questions ouvertes pour le guider vers un meilleur comportement. S'il dérange pendant l'heure du dîner, par exemple, demandez-lui calmement de vous rappeler les règles de la famille. (Est-ce qu'on jette de la nourriture ? Est-ce qu'on s'interrompt les uns les autres ?)
      • EExplication de votre enfant : Au fur et à mesure que votre enfant répond à vos questions directrices, cela renforcera les informations dans son cerveau, lui permettant d'être plus attentif à la situation.
      • Paugmenter : remarquez les efforts de votre enfant pour un meilleur comportement et faites de votre mieux pour ignorer les comportements problématiques (tant qu'ils ne sont pas dangereux). Votre approbation et votre enthousiasme peuvent être une grande source de motivation pour votre enfant.

      Étape 4 : PRÉPAREZ-VOUS

      Il n'est pas facile de garder son sang-froid lorsque votre enfant adopte des comportements difficiles. En même temps, si nous leur montrons que nous sommes agacés, frustrés et dérégulés, nous leur modélisons ces comportements.

      En tant que parents, nous avons tendance à ne pas vérifier avec nous-mêmes et à nous assurer que nous sommes à notre meilleur pour gérer les situations difficiles et stressantes. Pour être un bon détective du comportement et défaire les notions inutiles de la parentalité, nous devons être pondérés et pleinement présents. Nous devons également nous PRÉPARER :

      • Pause avant de réagir et pratiquez fréquemment la pleine conscience.
      • Rrechargez-vous souvent et prenez soin de vous.
      • Eévaluer les situations où les comportements problématiques de votre enfant surviennent avant vous
      • Ppasser aux prochaines étapes

      Étape 5 : RE-MAP votre rôle parental

      Une fois que vous avez préparé votre enfant et vous-même, vous êtes prêt à RE-CARTER ce qu'est vraiment la parentalité et la discipline de votre enfant :

      • Rconsidérez votre enfant en supposant inconditionnellement et positivement qu'il veut bien réussir.
      • Externaliser les mauvais comportements. Rappelez-vous que le comportement n'est pas de leur faute - il est causé par une différence cérébrale.
      • Mprendre UNEacceptation. Apprenez à considérer les mauvais comportements comme des erreurs. Fournissez à votre maison un endroit sûr pour commettre ces erreurs afin qu'elles puissent être utilisées comme des occasions d'apprentissage pour PRÉPARER votre enfant sur ce à quoi s'attendre la prochaine fois. . Les enfants atteints de TDAH font face à beaucoup de négativité et de critiques chaque jour. Il se peut que nous ne nous arrêtions presque jamais pour remarquer leurs efforts pour s'intégrer dans un monde neurotypique, car c'est un comportement auquel nous nous attendons et que nous ne récompensons généralement pas. Féliciter votre enfant souvent, même pour les petites choses, ira loin.

      Re-cartographie en action

      Comment pouvons-nous utiliser ces principes parentaux pour aborder des situations courantes à la maison?

      Problème de comportement n° 1 : Mon enfant ne veut pas faire ses devoirs

      • Préparez votre enfant
        • Vérifiez qu'ils ont tout ce dont ils ont besoin pour la mission et qu'ils comprennent ce qu'on attend d'eux.
        • Divisez les devoirs en petits morceaux et prévoyez des pauses.
        • Discutez avec les enseignants de la réduction du montant des devoirs.
        • Remarque : Supposons que votre enfant veuille faire ses devoirs.
        • Extérioriser : Sachez que le TDAH et d'autres facteurs font en sorte que la tâche est le problème, pas votre enfant.
        • Acceptation des erreurs : si votre enfant ne termine pas ses devoirs même si vous les avez bien préparés, acceptez cette tournure des événements et passez à autre chose. Apprenez-en et collaborez avec votre enfant sur ce qui pourrait mieux fonctionner la prochaine fois. Sachez que ce n'est pas la fin du monde. (Les choses le sont rarement.)
        • Félicitations : même si votre enfant n'a pas terminé le devoir, reconnaissez combien de temps il a passé à travailler sur la tâche.

        Problème de comportement n°2 : mon enfant refuse d'arrêter de jouer aux jeux vidéo

        • Préparez votre enfant
          • Assurez-vous qu'ils ont des directives claires sur le moment où ils doivent arrêter de jouer.
          • Prévoyez des temps de transition.
          • Utilisez une minuterie ou une autre aide visuelle pour aider votre enfant à voir le temps qui passe.
          • Comprendre le fonctionnement des jeux vidéo. Envisagez de demander à votre enfant de s'arrêter une fois qu'un segment ou une tentative de niveau est terminé, plutôt qu'à un moment précis.
          • Considération : Votre enfant ne veut pas vous désobéir - il aime juste vraiment le jeu vidéo.
          • Extérioriser : Votre enfant peut avoir du mal à s'arrêter en raison de la poussée de dopamine qu'il ressent avec le jeu.
          • Acceptation des erreurs : s'ils ont cessé de jouer après que vous le leur ayez demandé, demandez-leur ce qui s'est passé et ce qui peut être fait la prochaine fois pour rendre la transition plus facile.
          • Félicitations : Même s'ils ne se sont pas arrêtés à l'heure convenue, reconnaissez s'ils étaient plus près du point d'arrêt que la dernière fois si leur crise de colère n'a pas duré aussi longtemps, etc.

          Être parent d'un enfant atteint de TDAH implique souvent une réévaluation complète et une refonte de tout ce que vous pensiez savoir sur la discipline. En suivant ces étapes, n'oubliez pas qu'il faudra du temps pour résoudre les problèmes de comportement et qu'il y aura des erreurs en cours de route. Préparez-vous du mieux que vous pouvez, mais n'ayez pas peur de reconnaître vos erreurs et de vous excuser auprès de votre enfant et de vous-même. Dans le même temps, gardez les comportements et les situations problématiques en perspective – une pièce en désordre ou des devoirs manquants ne sont pas la fin du monde. En fin de compte, il est très important de créer un environnement heureux, sûr et favorable pour votre enfant.

          Le contenu de cet article est issu du webinaire ADDitude Expert Discipline avec une torsion: Comment gérer les problèmes de comportement difficiles chez les enfants et les adolescents atteints de TDAH [épisode podcast #353] avec Merriam Sarcia Saunders, LMFT, qui a été diffusé en direct le 6 mai 2021.


          TDAH et enfants aux antécédents difficiles

          J'aime passer du temps avec mes enfants–Je le fais vraiment ! Mais puis-je aussi dire que je redoute souvent l'expérience de faire mes devoirs avec mes enfants ? Bien que je suppose que c'est nécessaire, les devoirs ne figurent pas sur ma liste des dix « activités familiales les plus amusantes » et je suppose que je ne suis pas le seul parent à ressentir cela ! Cependant, lorsque vous élevez des enfants atteints d'un trouble d'hyperactivité avec déficit de l'attention (TDAH), les travaux scolaires peuvent rapidement passer de rituel ennuyeux je à douloureusement frustrant .

          Pourquoi le travail scolaire est-il si difficile pour les enfants atteints de TDAH ? Considérez certains des symptômes caractéristiques du TDAH :

          • Difficulté à prêter attention, à rester concentré sur la tâche et à suivre
          • Difficulté à s'organiser, tâches inachevées, oubli
          • Agitation
          • Évitement des tâches qui nécessitent un effort mental soutenu
          • Manque de concentration, rêverie
          • Faible tolérance à la frustration
          • Troubles émotionnels
          • Difficulté à attendre leur tour, à interrompre

          Parlez d'une recette pour une expérience de travail scolaire désagréable ! Naturellement, les symptômes ci-dessus entraînent beaucoup de frustration lorsqu'ils essaient d'accomplir une tâche qui demande aux enfants de contrôler leurs impulsions, de faire attention et d'accomplir des tâches éducatives qui ne les intéressent probablement pas. Cette vidéo donne quelques conseils sur les stratégies que vous pouvez utiliser avec votre enfant pour l'aider à résoudre les problèmes de travail scolaire liés au TDAH. Connaître les symptômes spécifiques du TDAH nous aide à développer de l'empathie pour les luttes de nos enfants. Une grande partie du comportement scolaire difficile doit être recadrée dans le contexte du diagnostic de TDAH. Nous devons nous rappeler que c'est le trouble qui rend le travail difficile, pas l'enfant. Se voir comme un membre de l'équipe de soins TDAH de nos enfants (plutôt que comme des disciplinaires) lorsque nous travaillons sur des tâches scolaires nous aide à ne pas nous sentir en désaccord avec nos enfants, même lorsque le comportement étend les limites de notre patience.

          Mais il y a un autre angle intéressant de cette question à considérer. Selon une étude du CDC en 2015, les enfants placés en famille d'accueil sont trois fois plus susceptibles de recevoir un diagnostic de TDAH. De nombreux professionnels de la protection de l'enfance ou qui ont été placés ou adoptés par le système de protection de l'enfance ont commencé à reconnaître et à être troublés par le pourcentage écrasant d'enfants pris en charge qui reçoivent un diagnostic de TDAH. Se pourrait-il que les effets du traumatisme de l'enfance puissent produire des symptômes similaires à ceux du TDAH, ou finalement conduire à un diagnostic de TDAH ? La Dre Nicole Brown, alors qu'elle terminait sa résidence en pédiatrie à l'hôpital Johns Hopkins de Baltimore, a pris note du fait que de nombreux enfants diagnostiqués avec le TDAH vivaient également dans des ménages et des quartiers où la violence et le stress chronique étaient courants. Elle a commencé à enquêter davantage et a vu quelque chose d'important : un traumatisme. Elle a noté un chevauchement des symptômes du traumatisme développemental complexe et du TDAH. Les comportements qui découlent d'un traumatisme pourraient être confondus avec de l'inattention. De plus, l'impulsivité pourrait également être attribuée à la réponse de combat ou de vol en surmultipliée.

          Le Dr Brown a analysé les résultats d'une enquête nationale sur la santé et le bien-être de 65 000 enfants et a fait des constatations intéressantes. Elle a découvert que les enfants qui avaient reçu un diagnostic de TDAH avaient également connu des niveaux significativement plus élevés de pauvreté, de divorce, de violence et de toxicomanie familiale. En fait, les enfants qui avaient vécu au moins quatre expériences d'enfance défavorables (ECA) étaient trois fois plus susceptibles d'utiliser des médicaments pour le TDAH.

          Bien que les données soient fascinantes, il a été déterminé qu'il existe des preuves scientifiques limitées que le traumatisme conduit au TDAH. Certains des enfants de l'étude référencée auraient pu être diagnostiqués avec précision comme ayant un TDAH. Cependant, le chevauchement des symptômes entre le traumatisme et le TDAH est convaincant. La découverte du Dr Brown est importante et devrait conduire à un dépistage minutieux des traumatismes par les professionnels de la santé dans le processus d'évaluation du TDAH.

          Qu'est-ce que cela signifie pour nous, parents et soignants d'enfants traumatisés qui ont reçu un diagnostic de TDAH ou qui présentent des symptômes du trouble ?

          Nous devons garder à l'esprit que les symptômes du traumatisme peuvent ressembler fortement aux symptômes du TDAH et que les deux problèmes peuvent être présents en même temps. Nous devons continuer à nous concentrer sur l'obtention d'un attachement sûr avec les enfants dont nous avons la garde. Au fur et à mesure que nos enfants ressentent une sécurité et un attachement sécurisant, de nouvelles voies neuronales commencent à se former dans leur cerveau. La réponse chronique de combat/fuite/gel qui était le réglage par défaut de leur cerveau traumatisé commence à s'atténuer et la guérison neurologique peut avoir lieu ! Vous, l'adulte sûr et aimant, pouvez aider votre enfant à guérir. C'est pourquoi Chosen existe - pour aider les enfants à guérir des traumatismes en renforçant leurs familles !

          Nous avons été là où vous en êtes dans nos propres expériences d'éducation des enfants. Que vous ayez à faire face à la lutte quotidienne pour terminer les travaux scolaires en raison du TDAH de votre enfant, ou que vous soyez confronté à un comportement traumatique sous d'autres formes, veuillez nous contacter. Nous sommes prêts à vous aider !


          Parlez avec les enseignants

          Rencontrez-vous pour parler des besoins et des objectifs de votre enfant et voyez ce qu'il peut faire pour l'aider en classe. Cela pourrait inclure de les laisser s'asseoir au premier rang et loin des portes et des fenêtres. Cela peut les aider à éviter les distractions et à rester concentrés. L'enseignant peut également mieux voir s'ils ont besoin d'un peu d'aide. Demandez l'accès à l'horaire. Vous voudrez peut-être aussi vous procurer une deuxième série de livres à garder à la maison. Discutez également des diverses méthodes d'enseignement qui peuvent garder votre enfant intéressé.

          Travailler en équipe aide. Cela montre à votre enfant que les adultes les plus importants dans sa vie le soutiennent. Voici comment constituer une équipe parent-enseignant gagnante :

          Avoir des entretiens en face à face. Organisez des réunions au début de l'année scolaire pour discuter de la façon dont le TDAH affecte votre enfant. It’s different for everyone, and your kid’s situation is unique. Stay positive. Instead of talking about their problems, focus on what helps them. So avoid saying, “He never listens.” Replace that with something like, “I find that Johnny pays more attention when we’re in a quiet space and he looks me in the eye.”

          If you have any educational reports or plans, share copies with the teachers.

          Keep in touch. Check in regularly in person, by email, or by phone and ask about your child’s behavior and how they’re doing with schoolwork. Find out how much homework the teacher plans to assign each night. You may want to ask for extra help to make sure your child can finish all of their assignments, or for extra time on tests.

          Check teacher websites for upcoming tests or big projects. Ask for the teacher’s advice on how best to help your child organize and prepare well ahead of the due dates. This can head off a last-minute meltdown for you and your child.

          Be tactful. Choose your words carefully so you don’t put a teacher on the defensive.

          Instead of: “Why aren’t you helping Johnny finish his class assignments in school?”

          Try this: “I’m concerned that Johnny needs to finish classwork at home. Is there anything we can do to help him work more quickly at school?"

          Don’t take things personally. You may get calls saying your child’s disrupting class or not paying attention. Don’t lash out at the messenger. Instead, say that you know your child often is a handful, and talk about solutions to the problems. Simple things like changing where they sit or giving them directions one task at a time may help.

          Keep teachers in the loop. If you start or change ADHD medication, tell the teachers and administrators. They can watch for side effects and let you know if medication seems to be helping. Also, let them know if there’s a big change at home -- like a divorce or death -- since these kinds of things can affect any child’s behavior.

          Set shared goals. Many ADHD symptoms affect your child inside and outside school. If following directions is a problem, brainstorm with the teacher about ways to help them stay on track that you can use both at home and in the classroom. Using the same tools creates a link between school and home.

          Be organized at meetings. Parent-teacher conferences are usually short, so come with a list of questions so you don’t forget to ask something important. Organize report cards, test results, and teacher notes in a binder so they’re at your fingertips.

          Pitch in. Attend back-to-school night and volunteer to chaperone a field trip or help in the library. That will show the teacher and your child that you’re plugged into the school. And you’ll get a first-hand look at how your child interacts there.

          Say thank you. When a teacher goes the extra mile to understand and help your child, write a simple note showing your appreciation.

          It’s also a good idea for your child to have a schedule for the day, and a written behavior plan -- which encourages positive actions -- posted on a nearby wall or on their desk.


          Does Your Teen Have ADHD? Help Your Child Stay on Track in School and in Life

          Fact: For the child with ADHD, the teen years are doubly hard. That’s because all the adolescent problems—peer pressure, the fear of failure both in school and with peers, low self-esteem—are harder for the ADHD child to handle. The desire to be independent, to try new and forbidden things—alcohol, drugs, and sexual activity—are ways that many teens with ADHD self-medicate. Given this, you may wake up one morning to realize that the household rules that have been working for years seem to no longer apply.

          Know that now, more than ever, rules should be straightforward and easy to understand. Clear communication between you and your teen with ADHD is vital. Make sure they understand the reasons for each rule. In other words, when a rule is set, it should be clear why the rule is being established. Sometimes it helps to have a chart posted in the kitchen that lists all household rules and all rules for outside the home (including social behavior and school).

          When rules are broken—and they will be—respond to this inappropriate behavior as calmly and matter-of-factly as possible. Use punishment sparingly, but let your teen face the consequences of his or her actions. Even with adolescents, a time-out can work, though you might want to call it something different. Impulsivity and a hot temper often accompany ADHD a short time alone can help.

          Know that as your teenager spends more time away from home, there will be demands for a later curfew and use of the car. Listen to your child’s requests, give reasons for your opinion, and then listen to his or her point of view and negotiate. Communication, negotiation, and compromise will prove helpful.

          I believe parents can help their teen with ADHD function successfully by coaching them in the following ways:

          • Help your child get in the habit of using a daily planner for assignments and appointments. Kids with ADHD have a harder time than most adolescents keeping organized and together. Get a good daily planner and work with your child to make sure they are following the school schedule and tasks listed.
          • Teach your child to make lists. Making lists is a great way for your pre-teen or teen to be organized and develop stronger self-esteem as they check off each completed item.
          • Help your child keep a routine. This particularly helps kids with ADHD to rewire their thinking patterns through daily training.
          • Set aside a quiet time and place to do homework. More than most, adolescents with ADHD need time to unwind and get away from outside stimuli. A quiet, uncluttered space will help their brain function and cognitive ability and gives them the energy to focus.
          • Role model being safety-conscious. Kids with ADHD are more prone to accidents and injury. Make sure that you make safety a top priority in your house. Wear seat belts, use protective gear for sports, etc.
          • Encourage your teen to talk about problems with you. Low self-esteem issues are prevalent among kids with ADHD. Keep the lines of communication open and listen to what they have to say.
          • Make sure your child with ADHD is getting enough sleep. It is critical for those with ADD and ADHD to get enough sleep each night in order to function. Talk with your child’s doctor about the appropriate amount of sleep for your child.

          One last word of advice. Although your child most likely has been evaluated periodically through the years, adolescence, with its raging hormones and physical changes, is a good time to have your child’s doctor do a complete re-evaluation of their health.


          Set up a Homework Station

          Kids with ADHD need a predictable routine for homework. Set up a special spot where your child does homework every day. Make sure it's away from pets, siblings, and noisy distractions, like the TV or the front door. Keep it stocked with pencils, paper, and any other supplies your child might need. But be careful not to overstock. Extra pencils and pens can become distractions.


          An alternative to nagging

          First, we recommend that parents work hard to avoid yelling at kids or nagging them, because this only works temporarily—while using firm but pleasant requests helps kids to be more cooperative immediately et à l'avenir. Rather than catching kids’ mistakes and providing harsh requests, we recommend changing directives into “positive prompts.”

          What are positive prompts? A positive prompt is simply a pleasant request with some honest encouragement. Children are really no different from other people—they like to be treated with respect and good manners. A request starting with “please” and followed by “thank you” when the task is completed makes children more willing to do as they are asked.

          This may sound Pollyannish, but respecting children and praising their efforts does lead to improved behavior, as noted in the work of experts such as Russell Barkley, an expert on ADHD, and Alan Kazdin, the former president of the American Psychological Association. My research team has found that parents using positive prompts, and teaching children new skills in managing their lives at home and at school, can help children to grow into more responsive, responsible kids.

          Our studies show that even the kids who struggle the most can improve. In fact, children with the greatest deficits in organization, time management, and planning made large improvements that contributed to two wonderful outcomes: Their school work advanced, and the parents and children experienced significantly less conflict. Critically, in one large study, the benefits lasted into the next school year.

          How can you start building improved organizational skills with positive prompting? It’s quite simple. Here are some of the guidelines we recommend.

          This essay is adapted from The Organized Child: An Effective Program to Maximize Your Kid's Potential—in School and in Life (The Guilford Press, 2018, 206 pages).

          1. Move close to your child. Don’t yell a prompt from the bathroom to your kid’s bedroom. If you do, your child is more likely to ignore you, making this a wasted reminder.

          2. Get your child’s attention. Make eye contact! If they are texting or playing Minecraft, they won’t hear you.

          3. Ask for one thing at a time. If you give your child multiple reminders at once, odds are that she will forget at least one of them. Focus on what’s most important for that day.

          4. Be clear. “Please put your homework folder in your backpack” (vs. “pack up”).

          5. Use a positive, encouraging voice. It’s difficult, we know! But try your best to keep the frustration out of your voice. Try taking three deep breaths (and a slow sip of coffee) before speaking.

          6. Don’t nag! When you nag your child, especially about something you’ve nagged him about before, it is quite likely that all your child hears after the fifth or sixth time is “blah, blah, blah.”

          7. Stick with the present forget about the past. “Please pack your lunchbox” (vs. “Let’s see if you can remember your lunch today, unlike yesterday”).

          As your child becomes more comfortable with a specific behavior, fewer prompts will be needed. But don’t taper them off until you notice a change in your child’s behavior. Prompts and praise are useful until the behaviors become habitual. Too often, parents expect kids to get it right the first time, but waiting until the behavior is ingrained is key to success.

          After you become skilled in using positive prompts and praise for simple tasks, you can learn to encourage higher-level organizational skills in your kids, too. After determining what they need to manage their routines and handle the organizational demands at school—such as writing down assignments, getting the right materials and books home and back to school, and improving time management—you can use positive prompts and careful guided instruction here, as well. Parent-child interactions are critical to teaching lessons that stick with children, putting them on a path to success.

          We all want to help our children be more organized—et we want to maintain our close bonds. Using positive prompts is one of the ways to do that. By understanding how to prompt positive behavior in our kids, we can preserve our peace of mind and theirs.

          The tools for turning rough mornings into pleasant ones are in our hands.


          Voir la vidéo: Comment aider vos enfants à lécole (Août 2022).